Accueil » Bikers » Freeway SEVENTY-SEVEN

Freeway SEVENTY-SEVEN

Posté dans : Bikers, bobbers, Harley davidson 0

This post is also available in: Français

POUR LE TITRE ON HÉSITAIT ENTRE “SEVENTY-SEVEN ET “JAP STYLE”, SANS DOUTE EN RAISON DES
RAYURES DONT SONT FRIANDS LES BUILDERS NIPPONS. MAIS LE LOGO DU RÉSERVOIR L’A EMPORTÉ, BIEN QUE CETTE

BASE DE SHOVEL 77 SOIT DÉSORMAIS PLUS ANCIENNE !

billy-veste-prisonnier-freway-school-of-cool

tant l’un des piliers de l’atelier Dirty Fuel de Bègles,

Billy est favorablement

connu de nos services et par conséquent de nos lecteurs.

Certains ont d’ailleurs eu l’occasion d’apercevoir furtivement son Shovelhead dans un ancien numéro, que nous prenons cependant le temps de développer un peu ici. Il y a un peu plus de trois ans, Billy roule en Softail Slim, mais son ami Alex (R.I.P.) réussit à le convaincre de troquer son moulin Twin Cam contre un Shovel, moins performant à tous les niveaux, sauf en termes de vibrations et de sensations. La base est chinée du côté de Béziers et il faut alors une bonne dose de motivation à Billy pour acheter ce piège, qui demande une demi-

PIECES HARLEY
Cadre, bras oscillant,
amortisseurs, fourche Softail
Springer, roues FLH16 pouces,
carters moteur & entrailles,
carbu CV, boîte 4 vitesses.PIÈCESAFTERMARKET
Frein ar. Jay Brake, bac à
huile horseshoe, réservoir
Mustang, échappements
Trumpet Paughco, couvercle
de carbu Biltwell, support de
plaque Biltwell, caches culbus
EMD, filtre à air Dragtron,
primaire Rivera-Primo, point
cover Throwback, phare
Bâtes, poignées Lowbrow.PIECES HANDMADE Sissy-bar, guidon revu et corrigé, levier de vitesses manuel, adaptation pédale d’embrayage + câble.
Mais à l’essai, le coup de foudre est immédiat et l’affaire conclue. Cet ancien FLH 1977 est déjà équipé d’une fourche de Softail Springer, mais roule sur ses jantes à bâtons d’Electra. Premier réflexe : remplacer les gommes moches par des Firestone plus jolis, plus casse gueule aussi. L’ancien bidon peanut étant installé en “montage souple” via des ressorts (!), il cède sa place à un Mustang à deux bouchons. Quant à l’ex garde-boue arrière, il est bricolé à grand renfort de silicone de baignoire et finira ses jours dans un coin du garage de Billy, comme un amusant trophée de guerre destiné à faire parler les curieux. Un Fiat Fender maintenu par un sissy bar et solidaire du bras oscillant fera bien mieux l’affaire. On y remarque un poncho Kytone sanglé, qui apporte un peu de rigidité à l’ensemble, ainsi que deux feux arrière ronds, qui ne sont autre que d’anciens clignos de camionnette Citroën type H teintés en rouge. Billy s’amuse de petits détails et en parsème sa brêle, comme on le constate à ce lettrage “No Belt No Gain” sur la courroie 3 pouces du primaire, ou au piston de cyclo servant de pommeau au handshifter. Il y peint les idéogrammes japonais des mots

 

Free-way-billy-40-school-of-cool

 

 

Laisser un commentaire